Locavorisme : Effet de mode ou durabilité ?

C’est en 2005 que le terme Locavore voit le jour, inventé par Jessica Pentrice, Cheffe Franciscanaise et activiste du « Local eating » qui met la population locale au défi de se nourrir exclusivement d’aliments produits à moins de 160km. 15 ans plus tard, le mouvement est mondial et se développe à grande vitesse. La crise sanitaire internationale de 2020 semble avoir donné une nouvelle impulsion au phénomène.


Le locavorisme, c’est surtout une affaire de bon sens. Il repose sur 4 préceptes :

- Manger des produits de saison ;

- Cultiver des produits en bio ou en agriculture raisonnée ;

- Limiter l’impact écologique ;

- Soutenir le travail des producteurs en achetant au juste prix leur production.



En théorie, tout le monde souhaite s’inscrire dans cette démarche, pourtant l’une de ces règles est remise en cause. L’ADEME, Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie, nous explique que les circuits courts n’offrent pas toujours un impact environnemental moindre que les circuits longs ; les modes et pratiques de production étant plus impactants que le mode de distribution. Autrement dit, la petite camionnette de livraison rejette plus de gaz à effet de serre qu’un cargo ou un semi-remorque par tonne de produits et par kilomètre.


Cette information, non négligeable, ne remet pourtant pas en question le locavorisme, puisqu’il semble suffisant pour les locavores que les 3 autres préceptes soient respectés.

Acheter chez un producteur local, c’est s’assurer du respect des saisons et du goût non altéré par un long transport ou une culture modernisée.



Pour contrebalancer cette réalité et afin de réduire son empreinte carbone, HECTOR a mis en place une logistique, en quatre points :

- Utiliser des coursiers à vélo ou des véhicules verts

- Contrôler que nos producteurs s’inscrivent dans cette même logique

- Implanter notre laboratoire de production stratégiquement entre le MIN de Rungis et Paris, où se trouve la majorité de nos clients

- Limiter les livraisons de nos fournisseurs à maximum trois fois par semaine pour un rapport idéal entre la parfaite fraîcheur des produits et la réduction de notre empreinte carbone


Le locavorsime en chiffres



Le Réseau des Chambres de Métiers et de l’Artisanat d’Auvergne-Rhône-Alpes reprend les grandes lignes de l’enquête menée par l’agence Nielsen depuis deux ans, démontrant que les Français sont de plus en plus adeptes de ce concept :


- 23% des Français se considèrent locavores.

- 82% des Français privilégient l’achat de produits d’origine française et 77% l’achat de produits locaux.

- Une tendance ancrée chez les seniors (86%) et de plus en plus chez les jeunes (71%).

- Dans la recherche de qualité et de traçabilité, le local est la 1ère garantie mis en avant par les Français.

- Des critères jugés plus rassurants que les labels pour 68%, ou même les produits bio pour 60% des interrogés.



Le Locavore francilien


Des petits marchés à la grande distribution, tous les circuits de distribution alimentaires proposent, de plus en plus, des produits locaux ou français, mais attention aux idées reçues.


Courir au marché le week-end, c’est bon pour la santé, mais acheter des tomates en décembre, des kiwis de Nouvelle-Zélande ou du saumon de Norvège ne feront pas de vous un locavore.


Ouvrez les yeux, tendez l’oreille et discutez avec vos commerçants, c’est le meilleur conseil qu’HECTOR puisse vous donner pour ne pas tomber dans le piège : C’est bien chez les maraichers que vous trouverez des produits de qualité et cultivés près de chez vous et non chez les primeurs, qui eux, achètent le contenu de leurs étales ni plus ni moins dans un Marché d'Intérêt National comme celui de Rungis, sans généralement se soucier de la provenance.


Habiter à Paris ne signifie pas que vous ne pourrez pas manger de poisson, mais comme pour tout, il y a des saisons, achetez chez ces pêcheurs qui se déplacent jusqu’à la Capitale ou ses environs pour vendre leur propre pêche, ils sauront vous conseiller et vous verrez que le poisson le moins cher est tout simplement celui de saison. Quand au Kiwi, la production française existe bel et bien, à hauteur de 700 millions de fruits par an, 65% de la production vient du Sud-Ouest.


Depuis quelques années, de grandes enseignes de la distribution s’inscrivent dans cette démarche du local en soutenant des producteurs régionaux. C’est ainsi que les producteurs de volaille, de fruits ou de légumes vont à la rencontre des consommateurs dans les rayons des supermarchés.



Où trouver les adresses ?


En complément de vos achats au marché le plus proche de chez vous, pourquoi ne pas vous diriger un samedi après-midi dans les dizaines de fermes de la région parisienne, pour une sortie familiale cueillette ?

Vous pourrez également vous rendre dans les fermes urbaines qui tentent de s’implanter sur les toits ou dans les sous-sols parisiens telles que La Caverne, qui cultive ses champignons et endives en sous-sol dans le 15ème, quand Les Jardins du Saumonier d’Asnières vous propose des truites élevées sur place. Dans le Mag#1 d’Hector, nous vous confions l’adresse d’un excellent fromager qui produit à Paris XVIII ses propres fromages dont une merveilleuse raclette, produit de saison par excellence.




Paul Zindy notre Fromager à Paris (75)

Le site www.paris.fr répertorie la totalité des marchés parisiens. Les associations pour le maintien d'une agriculture paysanne ou de proximité, AMAP, fleurissent à Paris et sa banlieue www.reseau-amap.org, de nombreux sites internet répertorient les bonnes adresses comme www.locavor.fr. Une plateforme, partenariat entre les Chambres d’Agriculture et le Ministère de l’agriculture et de l’alimentation vient de voir le jour sous le nom de www.fraisetlocal.fr.



Vous connaissez la Laiterie La Chapelle ? Nous vous en parlions ici




Le locavorisme en entreprise

À l'heure de la qualité de vie au travail, qu’il s’agisse de grands groupes ou de PME, tous sont de plus en plus demandeurs à ce que leurs fournisseurs proposent une restauration la plus locale possible, en circuits courts.

Cela commence dans les restaurants d’entreprise, les lieux de restauration quotidiens pour les collaborateurs où chaque jour, en France, 3,8 millions de repas sont servis.


Choisir le bon opérateur, c’est valoriser ses équipes qui veulent plus que jamais de la qualité dans leur assiette. Ainsi les différents acteurs du marché œuvrent pour des programmes adaptés à leur public : la provenance des produits consommés et la traçabilité tout au long de la chaîne alimentaire.


Alors c’est tout naturellement que les moments de restauration ponctuels ou événementiels répondent à leur tour à ce critère de qualité, environnemental et par conséquent organoleptique.


Les entreprises inscrivent dans leur politique RSE des engagements permettant de réduire leur empreinte écologique, en sourçant de nouveaux prestataires qui répondront à ces principes de relocalisation de leur production et de développement de produits durables.


Proposer des événements en parfaite adéquation avec la politique de ces entreprises c’est pour HECTOR militer pour un meilleur environnement et répondre à l’image que ses clients souhaitent transmettre.



Antoine Philippe, notre Brasseur à Noisy Le Grand (93)

A la question Locavorisme : effet de mode ou durabilité ? HECTOR répond que tout porte à croire que le locavorisme s’inscrira dans la durabilité. Tous les acteurs, producteurs, logistique, entreprises et individus ont bien compris que l’avenir de la planète leur appartenaient et qu’au-delà d’un concept, l’action est bien la solution.



Vous connaissez la Brasserie La Française ? Nous vous en parlions ici




HECTOR LOCAVORE


Hector, traiteur créateur de valeur, dans son engagement écologique et sociétal, s’inscrit depuis sa création dans le locavorisme privilégiant les circuits courts, les produits cultivés en bio ou en agriculture raisonnée et invente ses cartes, au fil des saisons, en respectant la qualité des produits frais.


Avec notre fournisseur de fruits et légumes le Verger Etoilé, nous nous inscrivons entièrement dans cette démarche. Cette société familiale, la troisième génération depuis sa création en 1948 est un ancien maraicher du 91.

Ils ont des contrats en circuits courts, directement avec une trentaine de producteurs locaux, installés à moins de 200KM de Paris. Avec eux, ils peuvent proposer un catalogue de plus de 100 produits 100% franciliens, disponibles selon le strict respect des saisons.

Cette méthode d’approvisionnement simplifie les échanges et permet d’attribuer au producteur la meilleure répartition des richesses car les prix sont fixés en toute transparence et revus selon un cours hebdomadaire.


Parce que pour HECTOR, respecter la qualité des produits, c’est respecter ses clients et la planète.



FOCUS OFFRE LOCAVORE D’HECTOR


HECTOR a dégoté pour vous, une bière artisanale produite à 15km de Paris avec un malt d’orge cultivé dans une ferme francilienne ainsi que de petits biscuits issus des malts auxquels on offre une seconde vie en les collectant d’une brasserie BIO située aux portes de Paris pour les transformer en délicieux crackers 0 déchet. Une parfaite association de produits locaux qui composeront, entre-autres, l’une de nos boxes apéritives.


AFTERWORK BOX